Il y a quelques jours Chéri et moi avons regardé Invictus sur Netflix. Je sais pas toi, mais jusqu’aux disney que je regarde, j’ai l’impression qu’il y a un message dans tout ce que je lis – fais depuis ce confinement. En fait c’est pas une impression, car je suis en pleine lecture de conversations avec Dieu et il le dit lui même, que Dieu est partout. Aucune connotation religieuse, tout dépend de comment on appelle cet univers, cet amour inconditionnel, cette source, ce dieu etc …

Et étant en plein portail 7 numérologique, cette année est pour moi comme une quête spirituelle, une année pour donner un nouveau sens à ma vie, chose que je sens de manière très forte et comme dirait une pub « je suis bien à l’intérieur et ça se voit à l’extérieur ».

Pourquoi je te dis tout ça ?

Parce que durant ce film, où j’ai pleuré tout le long tant j’admire cet homme, je me suis dis que ces êtres qui ont incarné la résilience avaient toute leur place dans la rubrique vos perles de vie. Alors non je n’ai pas discuté avec Nelson en astral, quoi que ? Simplement, comme pour rendre hommage et le célébrer, je voudrais lui attribuer une place de perle.

Pour sa lutte

Lutter pour l’égalité raciale dans son pays, se retrouver emprisonné durant près de 30 ans, sortir de cette expérience et devenir le premier président noir et participer activement à la réconciliation des noirs et des blancs. Il devient alors le père de l’Afrique du Sud arc en ciel

Pour la transformation de ses blessures en perles de vie®

Quoi de plus beau que des actes ? Dans le film on le voit bien, avec l’histoire des gardes du corps blancs qui rejoignent l’équipe « Madiba, ces gens là voulaient notre peau ». Peut-être la veulent-ils toujours, mais l’arme la plus forte est celle du pardon.

Le processus de résilience n’est pas là pour nous faire tirer un trait sur le passé, au contraire. Il est là pour nous accompagner dans la transformation de l’expérience, l’apprentissage, pour nous magnifier, pour devenir une meilleure version de nous-même

Pardonner, à qui ?

Et bien à soi avant tout. Pour avoir souffert de la situation, pour continuer à porter cette souffrance et cette haine contre son bourreau. C’est là le plus beau cadeau qu’on puisse se faire, et c’est ce cadeau que Madiba, a su se faire, et pendant ses années d’emprisonnement, que l’on peut aujourd’hui qualifier de nuit noire de l’âme certainement il se raccrocher à ce poème de William Ernest Henley

Invictus

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce à Dieu quel qu’il soit,
Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Sous les coups du hasard,
Ma tête saigne mais reste droite.

En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et bien que les années menacent,
Je suis et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Tout est dit. Voici la traduction originale. Dans le film il dit « Meurtri par cette existence, je suis debout bien que blessé »  à la place de « sous les coups du hasard.. »

Petit ps : j’avais zappé que dans les frères scott y’a une adaptation du poème !

Etre résilient

Devenir maître de son destin capitaine de son âme demande alors de devenir responsable de soi, d’accueillir les expériences de vie, de ne pas se victimiser, mais plutôt reconnaître sa part dans tout ça. Bien souvent la vie nous teste, jusqu’à ce que l’on trouve la force de se positionner, de dire stop à la souffrance vécue tout au long de notre existence, et ainsi se rappeler que nous sommes des êtres précieux.

Alors, merci Madiba pour cette perle de vie. <3

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le partager !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Quelques autres articles que vous devriez également apprécier :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *